Tristan Arel

Peu de place à la « relève » au Festival de la Relève de Thetford Mines

Le mandat mériterait d'être revisité par l'organisation.

En tant que nostalgique maladive, je m’ennuie déjà de l’été à la mi-août. La saison du blé d’Inde qui pogne entre les dents annonce aussi le ralentissement des weekends en festivals. On est à quelques cueillettes de bleuets d’officialiser la fin des vacances. Ma job fait en sorte que je me suis promenée tout l’été sur la route des festivals et il restait un événement phare de la région natale de mon amoureux où je tenais à aller: le Festival de la Relève de Thetford Mines.

Sur trois jours de festivités, les Thetfordois sont invités à assaillir le centre-ville pour profiter de spectacles en majorité gratuits. Dans la foule, on pouvait voir plusieurs familles, des retraités comme des adolescents en pleine mue (maudit que le mot «mue» est fun à dire à haute voix).

Je n’avais pas d’attentes en particulier pour le weekend à part découvrir les perles rares du coin. À ma grande surprise, ce n’a pas été le cas. Ce n’est pas en fin de semaine que ma liste d’écoute s’est diversifiée. Le festival remplit bien le mandat de créer un événement rassembleur autour de la musique pour son monde, mais crevons l’abcès tout de suite, la «Relève» n’en fait pas vraiment partie.

Spectacle de Martin Deschamps

Ce volet n’est qu’une petite partie des spectacles proposés qui sont majoritairement dédiés à des hommages: Pearl Jam, Red Hot Chili Peppers, les reines du rock, entre autres… Je vous rappelle que je suis une nostalgique maladive, donc je n’ai définitivement rien contre les hommages (en particulier contre les hommages à Harmonium qui me rappellent mes années glorieuses de scout). Mon malaise ne vient pas des artistes. C’est juste que le Festival de la Relève porte simplement mal son nom et ça me fâche. J’aime quand on appelle un chat, un chat, au pire un minou. Alors qu’il y a seulement 30% de jeunes talents à la programmation, pourquoi l’organisation veut-elle s’attribuer ce titre?

Le samedi soir, on a pu entendre quelques bribes de la relèves sur la scène Hydro-Québec. On pouvait y voir performer Monaco, un band de la région, le duo gipsy De Flore et les MC d’O.G.B et de LaF.  Vous comprendrez que ces vitrines contrastaient pas mal avec un hommage à Queen. Malgré la réputation grandissante des deux derniers groupes, le devant de la scène restait tristement vide. Les passants ne semblaient même pas s’arrêter pour laisser une chance aux coureurs. J’ai compris que pour les gens de la région, habitués depuis plus de 20 ans aux spectacles de musiciens de reprises, on ne s’attendait même pas à voir des artistes émergents.

Établie depuis plus de deux décennies, l’organisation pourrait se permettre un changement d’image qui colle plus avec ce que les festivités de Thetford engendrent vraiment. J’ai entendu un gars de son nommer affectueuse l’événement, le «Festival des retrouvailles» et c’est exactement ça. J’ai été témoin de nombreux moments qui collaient parfaitement à cette appellation. J’ai observé des familles qui profitaient de la visite de leur milléniaux en ville avant le début de l’université. J’ai vu des gangs d’amis se retrouver pour célébrer des enterrements de vie de garçons ou de jeunes filles. On entendait avec joie des tantes qui saluaient de vieilles cousines sur la rue. Par les vieux succès de Noir silence ou les classiques de Bob Bissonnette, la foule revisitait des souvenirs tous ensemble.

J’aurais aimé plus d’honnêteté de la part du festival, ou une autre définition de son mandat. J’aurais aimé une programmation qui dépasse le 10% de représentation féminine sur leur scène. J’aurais aimé pouvoir apprécier la culture musicale de la région. Néanmoins, l’événement a définitivement sa place par les milliers de personnes qu’il attire à chacune de ses éditions. À avoir vécu plusieurs festivals cet été, je peux vous assurer que juste réussir à faire sortir les gens de chez-eux s’avère un défi. Relève ou pas, mes hommages. 

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up