Germain Barre

Une playlist pour célébrer ou pleurer les élections de mi-mandat.

Mi-figue mi-raisin, un pas en avant, deux pas en arrière.

Ça y est, les élections de mi-mandat aux États-Unis sont terminées, laissant derrière elles un sillage d’électeurs heureux ou inquiets. On peut dire que l’issue de la soirée d’hier a eu un goût de plaisir et d’amertume à la fois : si les démocrates ont finalement pu reprendre le contrôle de la Chambre des représentants, les républicains demeurent majoritaires au Sénat.

Aux urnes, les Américains ont donc créé de petites victoires, tout en portant au pouvoir d’autres personnes un peu moins fiables. Suite aux votes, les Américains ont mis à la tête de l’État pour la première fois de son histoire deux femmes autochtones, et musulmanes. Au Massachusetts, c’est la première fois qu’une Afro-américaine représentera l’État au Congrès.

Cela dit, les Américains ont aussi fait quelques bourdes hier, réélisant le républicain Duncan Hunter malgré les accusations de détournement de fonds électoraux qui planent sur lui. Même chose à New York avec Chris Collins, accusé de délit d’initié. Bref, y a pas juste au Québec où les gens se foutent de la corruption.

Ce qu’on peut retenir de la soirée électorale en gros c’est que tout le monde a gagné, et perdu. C’est pourquoi aujourd’hui il nous reste un goût de mi-figue mi-raisin dans la bouche. Et c’est justement cet étrange sentiment que nous avons tenté de mettre en musique avec cette playlist. Une sélection de chansons à la fois heureuses, et décrissantes qui sauront exciter autant le bonheur et la déception de chacun.

Maintenant, il ne nous reste plus qu’à observer comment le tout se déroulera, en se rappelant qu’on habite même pas là pis que de toute façon vous ne pourrez plus aller aux États-Unis si vous avez déjà acheté un joint à la SQDC.

God bless America.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit