Pieter Bruegel

Playlist pour accueillir octobre en douceur

À écouter en rangeant vos shorts et en sortant vos gros chandails.

URBANIA et Volkswagen s’unissent pour offrir une trame sonore aux arbres de votre rue pendant que leurs feuilles changent de couleur.

Si l’automne ne commençait véritablement que le 21 septembre, on va s’entendre que Dame Nature a décidé de devancer le tout de deux bonnes semaines cette année. Outre les feuilles qui quittent leur habituelle verdure, la non-transition des températures caniculaires de cet été à celles plus frisquettes que l’on connaît actuellement nous a bel et bien informés que la saison souvent mal-aimée est amorcée en bonne et due forme.

Question de vous aider à mentalement bien vivre le tout, je vous ai préparé une petite playlist de saison pour vous accompagner dans vos ballades en nature et dans le rangement de vos shorts et camisoles pour accueillir à bras ouvert les sweatshirts sortis des boules à mites. Voici une heure de musique sensible, nostalgique, parfois un peu froide, mais tout de même chaleureuse et envoûtante, comme seul l’automne peut l’être!

On a Finely Sewn Sleeve, Frog Eyes

Lorsque la formation de Victoria, BC, a annoncé son dernier album en carrière en mai dernier, j’étais bien triste. Finalement, leur dernier opus est aussi émouvant qu’on pouvait s’y attendre.

Recite Remorse, Waxahatchee

Katie Crutchfield a lancé un nouvel EP plus tôt ce mois-ci qui témoigne d’un beau dépouillement, mais je reste tout de même un gros fan du côté plus brumeux de l’excellent album Out in the Storm.

Me and My Husband, Mitski

L’Américaine Mitski Miyawaki a énormément fait parler d’elle par la critique dans les dernières années, avec raison. Sa pop lente et personnelle est réellement captivante!

Comfort, Petal

L’indie-pop a adopté un nouveau son cette année, grâce à des artistes comme Soccer Mommy, Snail Mail ou encore Mikaela Davis, et Petal est un témoignage parfait de cette évolution musicale.

Rise, Helena Deland

La Montréalaise a probablement eu l’une des meilleures années musicales au Québec, avec la parution de huit chansons de pop sensible tout aussi merveilleuses l’une que l’autre.

Stay Safe, Rhye

Cinq ans après Woman, le Canadien Mike Milosh nous est revenu en février dernier avec un deuxième opus toujours aussi sensuel, mais plus étoffé que jamais.

Till Death, Japanese Breakfast

L’artiste américaine d’origines coréennes Michelle Zauner nous offre ici un très beau crescendo d’émotions, culminant avec un saxophone bien rétro. Difficile de faire mieux!

Blue Ridge Mountain, Fleet Foxes

On sort un peu de l’actualité musicale, mais Fleet Foxes restera toujours pour moi l’un des groupes par excellence de la saison automnale, avec ses harmonies vocales chaleureuses à souhait.

Chanson pour un ami, Philémon Cimon

Bien que son album s’intitule L’été, je trouve que Philémon Cimon témoigne lui aussi d’une froideur un peu plus automnale, qui invite à la méditation et à la nostalgie.

Over the Rainbows and Rainier, Damien Jurado

Sans m’être jamais intéressé plus qu’il faut au musicien de Seattle, je dois avouer que son nouvel album plus folk, et plus précisément ce single, va avoir marqué mon année 2018 par sa douceur.

Moi-Léger, Karkwa

La dernière fois que j’avais écouté du Karkwa, j’étais perdu dans la magnifique brume estivale des Pyrénées. Leur passage au FME cette année a donc ravivé des beaux souvenirs pour moi.

Summer’s End, Devon Welsh

Avec toute la sensibilité dont il est capable de faire preuve, le montréalais nous a livré l’un des meilleurs albums de l’année le mois dernier. Vous pouvez lire ma rencontre avec lui ici!

Time, Amen Dunes

Davon McMahon a toujours eu une belle relation avec Montréal, où il a d’ailleurs enregistré son quatrième album en 2014, mais cette année, c’est de Los Angeles dont il nous aura le plus parlé.

L’échappée, Barbagallo

Je suis toujours heureux quand le multi-instrumentiste français Julien Barbagallo prend une pause de sa formation Tame Impala parce que ces albums solos sont toujours sympathiques et hors de l’ordinaire.

Should Have Known Better, Sufjan Stevens

L’Américain est pour moi un autre incontournable de la saison des couleurs. Ces albums m’auront tous accompagné lors de ballades en montagne, que ce soit à Montréal ou en Montérégie.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Beatfaiseur du mois : High Klassified

Entretien avec le Lavalois derrière des beats de Zach Zoya, Mick Jenkins et Future.

Dans le même esprit