Germain Barre

Playlist « pumpkin spice » pour la « basic bitch » qui sommeille en vous

Si ces tounes étaient humaines, elles porteraient des Uggs et une sacoche Michael Kors.

L’air est sec et froid, les arbres font un show de couleurs flamboyantes, les journées raccourcissent, on est pris de nostalgie cute, vous savez de quelle saison je parle?

via GIPHY

Les basic bitchs de ce monde ont rangé leurs couronnes de fleurs et leurs combishorts du Urban Outfitters et elles entament leur migration vers Starbucks pour se procurer un « venti » latté épicé à la citrouille avant d’aller se prendre en selfie devant des paysages automnaux pour Instagram, avec une citation de Maya Angelou en guise de description.

Vous trouvez que cette description est super clichée, pis que ça va on a compris, les jokes de basic bitch ça commence à gosser?

Félicitations, vous êtes woke!

Mais pour le monde dans le fond, permettez-moi de chausser mes bottes Ugg et définir ici ce qu’est une basic bitch, pourquoi ça devrait PAS être péjoratif comme expression et pourquoi tout le monde (TOUT le monde) possède une basic bitch qui sommeille en lui.

via GIPHY

Une basic bitch, c’est un terme péjoratif qui décrit une jeune fille ou une jeune femme blanche, aux goûts conformistes et clichés, et au comportement prévisible. Selon le site Know Your Meme, il serait impossible de déterminer l’origine temporelle de l’expression, mais qu’elle est apparue pour la première fois sur le Urban Dictionary en 2009. Voici un extrait de la définition :

« Quelqu’un qui n’a aucune personnalité, qui n’est pas pertinent, juste une femelle régulière. »

Pour illustrer le concept, voici quelques mèmes de type Starter Pack :

Remarquez l’abondance de gobelets Starbucks, de leggings portés comme des pantalons, les features Instagram et Snap Chat, etc.

Vous avez certainement déjà croisé des filles et des femmes comme ça.

Est-ce que c’est cliché? Oui.

Est-ce que c’est grave? Non.

C’est aussi simple que ça. Même pas besoin de piger dans des théories féministes sur la dictature du corps des femmes, sur les impératifs de beauté et les doubles contraintes toxiques que ça occasionne.

C’est correct d’aimer les lattés Starbucks. Personne va mourir si t’as un poster « Live Laugh Love » accroché au-dessus de ton lit (sauf si tu utilises le bord du poster pour trancher la gorge de quelqu’un avec un paper cut mortel, mais là t’es pu une basic bitch t’es juste une meurtrière). T’es pas une mauvaise personne si tu bourres ta carte de crédit en achetant un parka Canada Goose. Tu ne perds aucun point de Q.I. si tu possèdes une sacoche Michael Kors.

Maintenant que je vous ai rassurés, je vous invite à prendre trois grandes respirations et à écouter la playlist clichée parfaite pour laisser sortir votre plus basic bitch.

Pro tip : ces chansons font généralement fureur dans les karaokés. Je dis ça, je dis rien.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Beatfaiseur du mois : Vlooper

Peu de gens le savent, mais le Québec regorge de beatmakers absolument incroyables. Ces forces tranquilles oeuvrent malheureusement trop souvent dans […]

Dans le même esprit