Après M.I.A., 5 documentaires musicaux pour votre weekend

Tour d'horizon des meilleurs films sur la musique.

Si vous vous demandez quand est la rentrée montréalaise de l’attendu docu sur la musicienne d’origine sri lankaise M.I.A, et bien c’est aujourd’hui même (et dans quelques cinémas seulement). Réalisé par Steve Loveridge, Matangi Maya M.I.A aura fait couler beaucoup d’encre depuis son passage remarqué au festival Sundance, où il a gagné le prix du meilleur documentaire. Chaotique selon certains, partial selon d’autres, le film suit l’artiste sur ses multiples fronts : sa musique, bien sûr, mais aussi sa vie privée et son activisme.

Cette sortie nous a inspiré une rétrospective des meilleurs documentaires sur la musique. Ils sont d’ailleurs légion, le genre étant en éclatante santé avec de nombreuses productions s’ajoutant chaque année à l’impressionnant répertoire du passé. Voici donc 5 films qui ont à la fois marqué l’histoire du cinéma et attiré notre attention.

Gimme Shelter

On veut pas vous vendre de punch, mais ça commence mal. Gimme Shelter a l’air d’être un docu sur les Rolling Stones, mais pas tellement. Tourné en 1969 le film est souvent considéré comme le spectacle brutal du déclin du flower power, croqué sur le vif. Pendant un festival gratuit à Altamount aux États-Unis, les artistes s’enchaînent sur le stage, et peinent à apaiser une foule inexplicablement agitée. La tension culmine quand un membre des Hells Angels, engagés pendant le concert pour assurer la sécurité, attaque un fan avec une arme blanche. Dans un océan de documentaires qui tentent d’étoffer l’aura autour des artistes et de la musique en général, Gimme Shelter est une vraie douche froide. Un document essentiel pour arriver à comprendre la fin d’une époque.

Searching for Sugar Man

Dans la catégorie des documentaires musicaux se cache une sous-catégorie très spécifique, mais pourtant vitale. Des dizaines d’œuvres remettent sous le feu des projecteurs des artistes sous-estimés qui ont créé dans l’ombre une musique inoubliable. Sugar Man fait partie de ces artistes. Sixto Rodriguez de son vrai nom a connu un succès d’estime au début des années 70 sans pouvoir accéder à la popularité. Au début des années 2010 (oui oui, c’est notre décennie, ça), le réalisateur Malik Bendjelloul, tente de retracer l’homme derrière le mythe. Searching for Sugar Man est l’exemple vibrant d’un docu qui a eu un impact réel sur la culture, en permettant à Sixto Rodriguez d’enfin faire son entrée dans la cour des grands, des décennies plus tard.

The Defiant Ones

Il y a « documentaire », mais aussi « série documentaire », version x-large de la formule cinématographique, arrivant souvent à la rescousse quand le sujet est trop vaste et complexe pour se résumer à une heure trente de matériel. The Defiant Ones tourne autour de la relation créative entre Dr. Dre et Jimmy Lovine, deux géants de l’industrie musicale. Imaginez un peu que votre C.V. est épais comme un catalogue Sears. Vous avez eu une imposante carrière, multipliant les projets et les collaborations, enchaînant les succès retentissants et les échecs cuisants. Multipliez par 2. Et voilà : un docu produit par HBO et servi en 4 épisodes.

Twenty Feet From Stardom et The Wrecking Crew

Ex aequo, ces deux documentaires remplissent plus ou moins la même mission : reconnaître le talent d’artistes qui travaillent dans l’ombre des grands noms de la musique sans toucher à la gloire. Du côté gauche, Twenty Feet from Stardom retrace la carrière d’ambitieuses et douées chanteuses reléguées par la force des choses au statut de choristes. Du côté droit, The Wrecking Crew nous présente l’équipe de musiciens derrière les instrumentations des succès les plus marquants de la pop américaine des années 60. Dans les deux cas, ces films redonnent enfin la place légitime que les artisans inconnus de la musique méritent au sein de son histoire.

Et au Québec?

Sans être le berceau d’une importante filmographie musicale, le Québec a toutefois vu la série documentaire Musicographie survoler la carrière d’un bon nombre de ses artistes. Diffusée sur Musimax, l’émission d’une heure donnait à la fois la parole à des musiciens d’ici, mais couvrait également la carrière de vedettes internationales, commentée par des chroniqueurs locaux. Avec la disparition de Musimax en 2016 ainsi que toute trace de Musicographie, on se demande : à quand un documentaire sur les documentaires musicaux?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Les sœurs Boulay racontent la démarche derrière « Nous après nous »

Regardez le nouveau vidéoclip des sœurs Boulay ici.

Dans le même esprit