Pourquoi « Bubba », le nouvel album de Kaytranada, est un classique instantané

On a passé l'album au peigne fin.

La réputation de Kaytranada n’est plus à refaire. Le producer montréalais a développé son style, est presque unanimement acclamé par la critique et adulé par ses admirateurs autour du globe. Toutefois, il ne faut jamais tenir sa musique pour acquis et son nouvel album Bubba démontre que notre patience collective en a vraiment valu la peine.

Un retour en force

N’oublions pas que Kaytra avait pris une pause de plusieurs mois au milieu d’une série de tournée et concerts très lucratifs afin de créer son premier disque : l’intemporel 99.9 %.

Depuis, les rumeurs de collaborations coulaient, les apparitions médiatiques se multipliaient, mais les fans se demandaient tous quand on aurait droit à un nouveau projet. Au lieu de capitaliser sur un franc succès, Kaytra avait décidé de prendre son temps et c’est ainsi que 3 ans plus tard, sur les médias sociaux, il annonce discrètement la venue de son nouveau bébé musical.

L’ayant tant attendu, lorsque j’ai écouté ma copie d’avance, je suis resté saisi par la finesse, les détails auditifs et la pureté des morceaux. Bubba est un album qui sera cimenté comme pierre angulaire de la carrière de Kaytranada qui, si elle conserve ce rythme et cette qualité, risque de durer très longtemps.

Un départ complexe et dramatique

D’entrée de jeu, la chanson DO IT indique que Kaytranada n’a pas peur de la complexité avec le choix d’une pièce instrumentale riche en musicalité pour ouvrir le bal. Effectivement, sur toutes les chansons instrumentales de l’album (Puff Lah, Scared to Death et September 21), les percussions et samples obscurs accentuent la progression mélodique oscillant entre l’euphorique et le dramatique.

Kaytranada démontre sa versatilité et transmet ses émotions par les sons qui composent la tapisserie musicale de ses beats. Toutefois, plus qu’un simple beatmaker, c’est son talent de producteur et la magie qu’il arrive à générer chez les artistes qu’il a choisis avec minutie qui vont occuper la majeure partie de ce disque qui devrait être une addition de dernière minute à toute les listes de disques de l’année.

Des collaborations qui font crier «Party!»

L’entrainante GO DJ! est un véhicule parfait pour l’émergent SIR et amène la touche festive qu’on associe souvent avec Kaytranada. Les fans seront rassurés de retrouver la combinaison classique des basslines bouncy (une signature de Kay) avec les chanteuses soul, comme sa collaboratrice de longue date Teedra Moses (Culture) et l’énergique Charlotte Day Wilson (What You Need), deux chansons qui seront des hits assurés sur la piste de danse. On ne s’attendait à rien de moins.

Cependant, la sulfureuse collaboration avec Tinashe (The Worst in Me) et le retour de la chanteuse britannique Estelle (Oh No) sortent vraiment du lot de par leur tempo et leur contenu et accordent une profondeur à l’album. C’est simple, en termes de créativité, Kaytra fait ressortir le meilleur des artistes avec lesquelles il collabore et Bubba en est la preuve.

L’introspection de Mick Jenkins (Grey Area), la profondeur de Masego (Need It) et l’énergie joviale de Pharrell (Midsection) sont toutes mises en exergue de façon naturelle et unique par la production de Kaytra. Souvent, les chansons sur Bubba sont très différentes de ce que l’artiste collaborateur propose normalement et se hissent facilement dans le palmarès de leurs meilleurs œuvres.

Les petits trésors

Cependant, la chanson ayant le plus attiré mon attention demeure le single 10 % avec Kali Uchis. Pendant un DJ set filmé pour Pitchfork, Kaytranada avait joué en exclusivité quelques secondes de la chanson, qui était si entrainante que j’écoutais cette petite section du vidéo en boucle régulièrement. Kaytra ayant beaucoup soutenu Kali au début de sa carrière, il est réconfortant de voir une collaboration aussi somptueuse entre les deux artistes vu leur succès respectifs.

C’est un single entrainant qui est un excellent choix comme première salve, mais la chanson Vex Oh est réellement le sleeper track de ce chef d’œuvre moderne. Kaytra s’accapare la vague Afro et entraine Goldlink qui a toujours travaillé avec le jeune producer prodige et a pris un tournant afro dans son propre projet Diaspora. Malgré cette combinaison gagnante, ce sont les voix syncopées de Eight9Fly et ARI PenSmith qui élèvent cette chanson à un autre niveau avec une structure non conventionnelle et envoûtante.

Avec 17 chansons, Bubba est un projet ambitieux, marquant et limpide. On ressent vivement la signature artistique de Kaytra et on perçoit la structure d’un véritable album, ce qui de nos jours est de plus en plus rare sur les albums de producers. La couverture est à l’image d’un artiste en évolution constante, à la recherche de nouveaux horizons sonores sur lesquels poser son regard unique et novateur. Bubba, un classique instantané à écouter abondamment pendant le temps des Fêtes.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi « Bubba », le nouvel album de Kaytranada, est un classique instantané

La réputation de Kaytranada n’est plus à refaire. Le producer montréalais a développé son style, est presque unanimement acclamé par la critique et […]

Dans le même esprit