LePigeon

Primeur : Je pars pour deux de Marie Claudel

Un nouvel extrait en prévision de Ne parle pas aux étranges

La magnifique Marie Claudel, dont nous avions beaucoup (beaucoup-my-god-c’est-bon) aimé le single précédent Est-ce qu’on se voit ensemble, sort en rafale plusieurs extraits cette semaine, en prévision de la sortie attendue de l’album Ne parle pas aux étranges le 27 août prochain. Hier, c’était Ce n’est pas écrit qu’on pouvait entendre chez nos amis du Canal Auditif, demain… ben demain c’est une surprise! Qu’à cela ne tienne, vivons le moment présent parce qu’aujourd’hui c’est ici qu’elle présente Je pars pour deux, que vous pourrez entendre au bas de cette page, après notre entrevue avec la talentueuse auteure-compositrice-interprète.

Qu’appréhendes-tu le plus à l’approche du 27 août? Présenter du nouveau matériel au public, ça te met dans quel état?

J’ai hâte de faire mes chansons en band. J’aime ça jouer avec d’autres musiciens et je ne le fais pas souvent, parce que j’aime aussi avoir la liberté d’improviser en live. Pour le lancement, je me gâte et je joue avec des musiciens que j’aime beaucoup. Je me sens déjà un peu loin de cet album. Plus le temps avance, plus je l’écoute différemment. Forcément, on prend un certain recul et on comprend des choses au sujet de nos propres chansons qui nous avaient comme échappé. Que ce soit par les textes ou la musique. Sinon, je suis vraiment fière de l’avoir fait avec mon acolyte, Jean-Philippe Levac. Faire de la musique avec lui, c’est précieux pour moi.

Tu as dit en entrevue que pour cet album, tu t’es « ouverte à d’autres musiques ». Qu’est-ce que tu avais envie d’explorer? Est-ce que ces explorations se reflètent sur tes chansons? En quoi?

J’ai écouté beaucoup de Nick Drake, de Jose Gonzalez, de Paul Simon. Ce sont des guitaristes que j’admire et je suis allée explorer les différents tuning qu’ils utilisent pour composer leurs chansons. Ça m’a fait découvrir une tout autre dimension de mon instrument. C’est comme si j’avais soudainement accès à plein de nouvelles notes et d’accords. J’ai eu beaucoup de plaisir à composer la musique de cet album-là.

Dans Je pars pour deux, on peut entendre un solo de Jesse Mac Cormack (qui joue également de plusieurs instruments sur l’album). Qu’est-ce qui t’a mené à collaborer avec lui? Peux-tu nous décrire en quelques mots ce que tu aimes chez lui comme artiste? Et comme humain tout court?  

Jesse est un autre de mes guitaristes préférés. Il a un playing de guitare qui me parle beaucoup. On a enregistré l’album dans un chalet, on voulait vivre le trip de s’encabaner, mais on voulait aussi amener quelqu’un qui joue de tout et qu’on connaissait bien. Jesse et Jean-Philippe ont déjà joué ensemble et musicalement, ça marche toujours bien. Il n’a pas écouté mes chansons avant d’arriver à St-Zénon. On s’est installé, on a commencé à jouer et il a compris instinctivement où je voulais m’en aller avec les chansons. J’aime bien quand les choses se font naturellement et en toute simplicité.

Jean-Philippe Levac est aussi un complice sur Ne parle pas aux étranges. En quoi l’album aurait-il été différent sans lui? En d’autres mots : quelle touche particulière a-t-il apportée?

Il m’a apporté de l’inspiration pour les chansons. Il est très important dans ce projet. C’est lui le premier qui a entendu toutes mes chansons. Musicalement, ça a toujours bien fonctionné, et il comprend parfaitement où je m’en vais. Il est aussi très créatif dans son jeu de batterie. Il a son style propre à lui, il est inventif et c’est pour ça que j’aime toujours travailler avec lui.

Pourquoi ne faudrait-il pas parler aux étranges?! :)

Ma grand-maman me disait ça lorsque je lui parlais de mes plans d’aller habiter en ville. C’est une vieille expression et je l’ai toujours gardé en tête. Mais moi je leur parle aux étranges, parce que j’aime ça parler aux gens… et je fais toujours de belles rencontres! ;)

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Perfo : Pas d’pickup (pis un microphone) avec Saratoga

Des artistes et un micro, c'est ben en masse.