Primeur vidéoclip : Maky Lavender fait un clin d’oeil à Spike Lee

Le rappeur sortira son nouvel album le 29 février.

Disons que Maky Lavender est un électron libre dans la scène hip hop de Montréal. Alors que la majorité des rappeurs mettent de l’avant une attitude dure et agressive, Maky a choisi de nous partager plutôt son côté vulnérable. Son objectif derrière ça est entre autres d’amener les jeunes hommes noirs à parler de leur santé mentale. Pour les encourager dans cette démarche, le rappeur s’ouvre à nous dans son nouvel album At Least My Mom Loves Me, prévu pour le 29 février prochain.

Aujourd’hui, il nous dévoile ici en primeur un nouveau single tiré de ce nouvel album. Avec une touche d’humour satirique, Maky aborde sur Bloom la pression que peuvent ressentir les membres de la communauté noire à devoir se conformer aux règles de la société blanche. Réalisé par Alexandre Pelletier, le clip qui accompagne le single est une référence au film Bamboozled de Spike Lee, qui explore le racisme dans la représentation clichée des noirs un peu partout dans la culture populaire, notamment à la télévision.

La dichotomie entre les danseurs et danseuses qui arborent un gros sourire pendant que Maky nous fait sentir sa tristesse par rapport à la scène qui se déroule autour de lui rentre au poste. Difficile de regarder le tout sans ressentir un malaise, et clairement, c’est le but. Avec cette nouvelle chanson, le rappeur nous montre une fois de plus qu’il est possible de se démarquer dans la scène hip hop montréalaise tout en restant soi-même.

Une grande preuve de maturité pour un jeune rappeur qui pique déjà notre curiosité pour la suite des choses.

Pour suivre Maky Lavender, c’est ici. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Primeur vidéoclip : Tu m’connais trop bien de Gab Bouchard

Souvent, après une séparation, il faut passer à travers les cinq étapes de deuil. Si les quatre premières (déni, colère, marchandage et dépression) […]

Dans le même esprit