Guillermo Castellanos

PRIMEUR : Xarah Dion révèle le clip d’« Asphalt »

La chanson est tirée d'un nouvel EP réalisé en collaboration avec Sarin

Avec ses 2 albums et après s’être produite partout dans le monde, Xarah Dion se passe de présentation dans dans l’univers de la musique électronique. Faisant suite à son dernier album Fugitive sorti en 2016, la productrice nous offre enfin aujourd’hui quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent. Réalisé en collaboration avec son ami SARIN, le EP Collision contient une composition originale des deux artistes, en plus d’un remix d’un ancien titre.

Nous avons discuté avec Xarah plus tôt cette semaine de ce projet, et du vidéoclip accompagnant la chanson « Asphalt », dévoilé aussi aujourd’hui. Conversation sur la création, le partage et l’érotisme musical.

Si on remonte dans le temps, comment l’idée de ce projet a-t-elle germé?

Ça vient d’une idée de collaboration entre mon ami et moi. Son projet techno s’appelle SARIN et depuis que j’ai sorti mon album Fugitive, il me parle de faire un remix pour une de mes pièces. À un moment donné il a voulu faire un EP collaboratif : moi qui fait un remix pour lui, et lui qui remix pour moi, en plus d’une composition originale chacun. J’ai trouvé que c’était une idée géniale. Ensuite, il a trouvé le label, Linda Records, basé à Londres. C’est un label techno un peu dark-wave.

Comment s’est déroulée la sélection des chansons que vous remixerez?

Je travaillais déjà sur du nouveau matériel que je présentais dans le cadre des mes performances live et je suis allé avec des sonorités plus EBM…

« EBM » pour les néophytes…

C’est un acronyme pour « Electronic Body Music ». C’est un genre de musique plus actif à la fin des années 80, début 90, en Europe, surtout en Allemagne, Angleterre, Pays-Bas. Récemment il y a eu une grosse recrudescence du genre. Généralement la scène électronique underground en Europe s’inspire beaucoup de la musique du passé pour ensuite créer une contemporanéité dans la musique électronique.

Tout ça pour dire qu’on a simplement choisi les pièces que l’on préférerait l’un de l’autre. Moi j’ai choisi celle que je trouvais la plus groovy.

Pour ceux qui connaissent peu la scène de musique électronique, quelles sont les différences entre ta musique et celle de SARIN?

La musique de SARIN est plus dans la niche du techno, donc de la musique de rave, d’after-hour. Moi ma musique est plus synth wave, ce qui la rend un peu plus pop je crois. On y trouve un élément de chanson. Ça peut jouer plus en début de soirée, dans des partys. Et c’est ce qui est intéressant avec son remix, parce qu’il a rendu ma chanson plus techno. Ça permet donc à ma musique de voyager dans une scène plus typiquement rave.

Pour moi, la musique en soi c’est une activité qui est sensuelle.

On dirait que ta musique oscille entre le fantasme et le cauchemar. C’est à la fois sombre et érotique. Quel sentiment tu veux vraiment inspirer chez les gens?

C’est certain que l’érotisme est souvent présent dans ma musique, mais d’une façon très esthétisée. C’est que pour moi, la musique en soi c’est une activité qui est sensuelle. C’est l’éveil des sens carrément. Autant par une poésie, qu’une certaine sonorité au niveau des synthétiseurs qui éveillent le sens auditif. Pour moi c’est pas un objectif clair d’aller chercher un sentiment en particulier, mais c’est certain que je travaille dans la sensualité.

Est-ce que pour toi toute forme de musique va chercher ce sentiment-là de sensualité?

Je pense que la majorité des gens écoute de la musique parce que ça fait plaisir, parce que c’est une sensation agréable. Des fois ça peut être de différents niveaux : des fois ça peut être juste comme distraction, alors que pour d’autres gens ça peut devenir une passion. Y a même des gens qui ont des réactions physiques quand ils entendent certains types de musique.

Ça t’es déjà arrivé d’avoir de grosses réactions physiques à tes shows?

Une fois à Moscou j’ai été vraiment surprise de la réaction du public. J’avais l’impression d’être un groupe de punk hardcore parce que le monde était complètement déchaîné. Les gens mushaient pis ça hurlait et c’était complètement un autre genre de célébration de la musique.

Parle-nous du concept derrière le clip d’Asphalt?

Ça faisait longtemps que je voulais faire un « dance video » mais l’occasion c’était jamais vraiment présentée. J’ai pas eu d’autres pièces que je sentais faites pour le parfait « dance vidéo ». J’ai toujours aimé ce genre de clip là, depuis que je suis toute jeune. J’aimais beaucoup les clips centrés sur des danseurs, avec des effets visuels.

Alors j’en ai parlé avec mon ami Rocky Hamilton avec qui j’avais déjà travaillé avant. Cette fois-ci de faire un vidéoclip dance lui a permis de le faire un peu plus cosmétique, d’aller chercher certains effets sur le plan de la photographie. D’aller dans le beau carrément. On a aussi été aidé du directeur photo Guillermo Castellanos.

Qui sont les danseurs et danseuses du clip?

J’ai demandé à des amis s’ils voulaient participer. Ils étaient complètement libres de leur performance, sans direction, pour aller chercher une expression personnelle, crue et sensuelle de la musique.

Que tes amis interprètent physiquement ta chanson, tu as trouvé ça comment?

Pour moi c’est vraiment un honneur de me retrouver avec ces gens-là, dans ce clip-là. Certains de ses amis là sont des musiciens aussi, alors c’est des gens que je considère comme des collègues. Pour moi c’est une célébration.

Dans ta chanson tu parles de faire un vœu. Si tu avais un vœu à faire pour le reste de l’année, ce serait quoi?

J’espère continuer à faire danser les gens. J’ai de la nouvelle musique qui devrait sortir encore d’ici la fin de l’année. De la musique que j’ai fait en live, mais pas encore dans une mouture studio. J’espère pouvoir me présenter devant des nouveaux publics, et rejoindre plus d’auditeurs.

Pour suivre Xarah Dion, c’est ici.

Pour suivre son ami SARIN, c’est ici.

Vous pouvez écouter leur EP Collision ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Les sœurs Boulay racontent la démarche derrière « Nous après nous »

Regardez le nouveau vidéoclip des sœurs Boulay ici.

Dans le même esprit