Villedepluie

Quand du confinement naît une amitié : partie 2

Emma Beko questionne sa nouvelle amie virtuelle, Claudia Bouvette.

Après six semaines de confinement, les apéros Zoom et les multiples facetimes entre amis font maintenant partie du quotidien de plusieurs personnes. Les artistes Claudia Bouvette et Emma Beko n’y échappent pas. À travers ce confinement, elles ont toutefois développé une amitié virtuelle qui se poursuivra dans le réel une fois les interdictions de rassemblement levées.

Les deux auteures-compositrices-interprètes nous invitent dans leur toute première conversation vidéo, où elles se sont mutuellement posé des questions. Elles ont aussi participé à un shooting photo virtuel avec le photographe Villedepluie pour illustrer leur réalité confinée.

C’est au tour d’Emma d’interviewer sa nouvelle amie Claudia. Pour la partie 1, c’est ici. 

Si tu pouvais faire n’importe quel autre métier, tu ferais quoi?

 J’aime vraiment beaucoup faire du bricolage haha! Donner une seconde vie à un vêtement, un meuble, etc. Je ferais peut-être de la valorisation immobilière avec des objets que j’aurais fabriqués. Je pourrais aussi être parallèlement une créatrice de mode avec vêtements recyclés. Je vais souvent me perdre dans les friperies et je m’achète des morceaux de vêtements et des bouts de tissus pour les modifier, les «pimper», les découdre, les recoudre. Je recrée mes vêtements et je les ajuste à ma taille. Si je n’étais pas en musique, j’approfondirais cet autre aspect créatif en moi.

Nomme 3 artistes que tu écoutes en ce moment.

C’est stressant, je veux proposer de bons artistes! Au début de la quarantaine, j’écoutais beaucoup d’Hannah Cohen, c’est vraiment cute. Tient écoute ce bout-ci vite fait. 

Tout l’album Welcome Home est vraiment feel good.

Sinon j’ai écouté du SlowThai. Ma toune pref c’est Doorman.

Connais-tu King Princess? C’est vraiment bon, tu aimerais ça je crois. Elle est tellement swag en plus. Il y a tellement de bons artistes c’est dur de choisir. Dernière affaire, j’ai envie de dire Greentea Peng. Elle est crazy insane. C’est tellement texturé ce qu’elle fait… J’adore! Alors je t’en ai donné 3 ou 4? 

Quelle est ta routine depuis que tu es confinée en famille? 

Ça fait un mois et demi que je suis chez ma mère à Bromont. J’ai fait le choix de faire ma quarantaine ici au lieu d’être dans mon appartement à Montréal. C’est vraiment spécial de retourner dans mon environnement d’adolescence. Je me surprends aussi à retrouver mon tempérament d’ado de 16 ans! Je suis très indépendante dans la vie, j’aime faire les choses par moi-même, mais j’avoue que je commence à prendre goût aux repas santé et aux garde-mangers remplis!

J’étais dans un moment de ma vie où j’avais vraiment besoin d’un break. D’être chez mes parents me donne un safe space pour prendre le temps de vivre les choses et revoir mes priorités. J’essaie d’intégrer de la méditation tous les matins à mes habitudes.

Sinon je suis en train d’apprendre à utiliser le logiciel de musique Logic et laisse moi te dire que ce n’est pas facile. J’ai pas beaucoup de patience avec la technologie et j’ai tendance à vouloir que ça soit bon vite et tout de suite. Ça me forge le caractère de ne pas être bonne instantanément, de me planter et de trouver ça dure. Parce que lorsque tu comprends et que tu réussis à avoir un peu plus de contrôle sur ta vision artistique et que tu arrives à transposer concrètement ce que tu entends dans ta tête sans l’aide de personne, c’est très gratifiant.

Je prends aussi plus le temps pour jouer de la guitare et du piano. Je fais plus de trucs pour moi depuis que je suis ici. Je retrouve ce que j’ai envie de faire et qui j’ai envie d’être dans la vie.

Où te vois-tu dans 20 ans?

Dans 20 ans, j’ai 44… OK, je me vois dans un genre de chalet. Je suis dans la nature et le set-up est fou. Il y a un lac. Un spa pour les soirées froides, tous plein de hamacs dans les arbres pour les après-midis d’été. L’ambiance est parfaite, il y a rien qui fait chier. Clairement, je suis avec la personne de ma vie. Who knows who! J’aimerais avoir des enfants alors I guess que j’en aurai à cet âge-là. J’aimerais juste ça pouvoir être dans un espace de paix avec les gens que j’aime dans un état d’esprit de plénitude et me sentir accomplie. Pas de regrets ou de sentiments d’avoir manqué mon coup. Je me souhaite d’avoir été assez travaillante pour en être fière, t’sais!

Aussi j’aimerais avoir un camping qui s’appellerait «THE PARADISE CLUB»pour accueillir des artistes/musiciens et faire des beats jusqu’à l’éternité des temps modernes. Un peu un genre de commune avec plein de petites maisons cutes et des amis qui se promènent nus (rires).

On a dérapé et on s’est mise à parler de «tiny houses» et de celle que son papa a construite. Elle m’a montré un vidéo de son papa qui danse dans sa cuisine et elle m’a demandé si j’avais écouté l’album qui joue en arrière. C’est un album qui parle de guérison et elle me donne envie de l’écouter alors je le partage avec vous si jamais ça vous tente aussi.

 Pourquoi fais-tu de la musique?

C’est la question la plus simple au monde, mais elle est tellement difficile à répondre parce que je ne me la pose jamais. Ç’a toujours été présent et c’est devenu une évidence. Un peu comme toi quand tu dis que tu étais une petite performer. Tu aimais ça faire des spectacles, moi c’est la même chose. Je retrouve des vidéocassettes de moi quand je suis toute petite et c’est juste ça que je savais faire; des spectacles, déguisée en princesse. Pauvres parents, je ne décrochais pas. Bref, du plus loin que je me souvienne, ça toujours fait parti de moi. 

C’est vraiment un sentiment l’fun d’être capable d’extérioriser une idée, et d’en faire une chanson. Je trouve ça magique et fucked up d’écrire quelque chose qui n’existait pas y’a 15 minutes. L’écriture et la composition, pour moi, c’est d’arriver à se faire confiance et de se donner le droit d’être, sans jugement. C’est pas toujours facile. Ça demande de l’humilité et de la persévérance. Quand tu arrives à le faire et que tu es fière de toi, c’est hot! 

Tu as un pouvoir magique et tu peux l’utiliser qu’une seule fois. Qu’est ce que tu fais avec?

OK, soit que je claque des doigts et que la planète terre repart à zéro et n’est plus affectée par le réchauffement climatique. Genre rien ne change, la vie reste la même, mais la terre est régénérée. En plus, ce sortilège vient avec une reprogrammation des habitudes de vie des humains et tout le monde devient full écolo!

Sinon j’enlèverais l’homophobie. Ça n’existe plus. L’orientation sexuelle d’une personne ne serait plus un sujet de discussion. 

Quelle était ton impression de moi avant qu’on se parle un petit peu plus sur Instagram?

Première impression, OK c’est nice!

Il y a des gens qui sont vraiment intimidants et déstabilisants. Ce n’est pas nécessairement négatif, mais ça peut me rendre inconfortable quand je rencontre quelqu’un de «béton», de plus difficile d’approche. Ce n’est pas que la personne est méchante, mais c’est une affaire d’énergie. Toi tu es complètement le contraire de ça, dans le sens ou j’ai toujours trouvé que tu shines comme pas beaucoup de gens shines. Tu as vraiment un sourire incroyablement communicatif. Ton sourire perce tout. Tu ne joues pas de game.Tu entres dans une pièce et dégages une énergie super positive. 

Avais-tu déjà développé des amitiés sur les réseaux sociaux auparavant?

Je me trouve vraiment bien entourée et je suis super chanceuse de l’être. J’aime rencontrer de nouvelles personnes, mais de manière plus organique. Dans un bar, dans un parc, etc. Rarement, j’ai eu envie de tisser des liens avec quelqu’un que je ne connais pas, derrière mon écran. Sauf que depuis le confinement, il y a comme une nouvelle dimension aux moyens de communication qui s’est créée on dirait. Puisqu’on vit tous la même chose,  il y a quelque chose de plus humain dans la façon de se parler. Je ressens moins de jugement. J’ai eu plein de belles connexions avec des personnes. Je fais de la musique à distance avec du monde que je ne connaissais pas. On dirait que ça brise des barrières. C’est spécial. Toi tu es mon highlight du confinement!

 Dernière question, qu’est ce qui t’excite le plus pour ton futur proche?

Je suis en train d’écrire pour un futur album. J’ai plein de maquettes sur lesquelles je travaille à distance avec mes amis producers alors j’ai un univers qui se crée tranquillement pas vite. J’ai hâte de pouvoir aborder mon nouveau projet d’une manière plus funky avec moins de limitations envers moi-même, d’être plus «unapologetic». Être moins affectée par le monde extérieur et juste faire mon shit! J’ai hâte d’attaquer mes projets et ma vie avec plus de fougue.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Bharda le pirate, le métalleux des garderies

Simon Tremblay mène une double vie. La plupart du temps, il est Simon l’éducateur, en poste depuis un an à la garderie au […]

Dans le même esprit