Rage Against the Machine poursuit Farage Against the Machine

Non, cette nouvelle ne vient pas de The Onion.

La nouvelle a surgi hier  : le groupe rock américain Rage Against the Machine, connu pour ses paroles appelant à la révolution et sa philosophie politique très à gauche, a envoyé une mise en demeure au politicien de droite anglais Nigel Farage, afin qu’il change le nom de son balado Farage Against the Machine.

Le document stipule que c’est une question de principes et non de droits d’auteurs: « Le fait que vous souhaitiez vous associer au nom Rage Against the Machine est aussi inexplicable qu’inapproprié. Peu importe quelle est votre motivation, arrêtez. Arrêtez d’utiliser notre nom et notre logo, changez le nom de votre balado et trouvez-vous une autre cible. On vous suggère Donald Trump » réclame le groupe.

C’est très « 2018 » comme chicane. Un politicien de droite, notoirement anti-immigration, qui s’approprie le nom et la rhétorique d’un groupe de gauche à ses propres fins.  La droite est au pouvoir aux États-Unis (Trump) comme au Royaume-Uni (Theresa May), et Farage a milité pour le Brexit en pleine crise des migrants Syriens en 2016 pour démissionner de son poste quelques jours après son adoption en disant: «Gna, gna gna, j’ai eu ce que je voulais. Maintenant, organisez-vous. *».

Contre quelle machine Nigel Farage se bat-il? Je n’en ai aucune idée. Parce que franchement, la machine, c’était lui. Il a façonné l’histoire de la Grande-Bretagne et s’est inscrit dans la montée de la droite à l’échelle planétaire jusqu’à ce que la politique commence à l’ennuyer. C’est hautement ironique qu’un ex-politicien hyper-puissant se donne le rôle de l’opprimé alors que son héritage est toujours bien vivant.

Le populisme, ça marche comme ça. C’est une rhétorique qui utilise la peur et la colère d’une certaine frange de la population pour créer des ennemis imaginaires. Ce qui doit être frustrant pour un groupe intègre comme Rage Against the Machine, c’est que leur colère et les injustice qu’ils abordent dans leurs chansons sont toujours bien réelles et surtout, bien documentées. Ils ont fait leurs devoirs en tant que militants. Le contexte du jeu de mots Farage Against the Machine est peut-être hilarant si vous êtes de droite, mais rendu là c’est pas juste un jeu de mots. C’est de se moquer de ce pourquoi le groupe s’est battu pendant toute sa carrière, une suite de combats légitimes et importants.

Les membres Rage Against the Machine manquent-t-il d’auto-dérision? Peut-être, mais fidèles à eux-même, ils n’hésiteront pas à se servir de leurs droits d’auteurs afin de faire respecter l’idéologie du groupe, même 18 ans après la parution de leur dernier album. On ne niaise tout simplement pas Tom Morello.

* En fait, ce qu’il a dit, c’est «What I said during the referendum campaign is I want my country back. What I’m saying today is I want my life back. And it begins right now». Même chose.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Les Anticipateurs cachent des kilos de cocaïne dans des poissons morts

Un nouveau vidéoclip pour le duo de Sorel.

Dans le même esprit