Guide du Record Store Day 2019

Les mélomanes et les collectionneurs se donnent rendez-vous chez leurs disquaires.

Après avoir atteint un creux historique en 2007, les ventes de vinyles augmentent constamment chaque année. Aujourd’hui, le format plait autant aux vieux de la vieille qui dépoussièrent leurs tourne-disques qu’aux jeunes qui découvrent une nouvelle façon d’approcher la musique. Et une fois par année, c’est comme Noël en avril pour ces mélomanes. Bienvenue au Record Store Day.

C’est là que se retrouvent les disquaires indépendants. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si la première édition du Record Store Day a lieu en 2008. Il s’agit après tout de la première année où les ventes de vinyles commencent à rebondir. Lors de cette journée, les amateurs de musique physique sont appelés à se rendre chez leur disquaire indépendant préféré pour trouver des exclusivités, des nouveautés, des rééditions et des albums de collection.

 

Cette année, ce sont plusieurs centaines d’artistes d’ici et d’ailleurs qui feront paraître quelque chose de spécial pour la journée. On retrouve encore une fois des magasins aux quatre coins de la province qui participeront aux festivités.

Les disquaires sont prêts

Ainsi, à la boutique Aux 33 tours, on offrira des beignes et du café dans la file d’attente. Car oui, avant même l’ouverture des portes à 9h, on s’attend à voir une longue queue pour entrer dans la boutique. Heureusement cette année, le magasinage devrait être moins chaotique grâce aux récentes rénovations d’expansion, nous assure Patrick Chartier, l’un des deux gérants de la boutique.

On attend quand même une belle marrée de gens. Parmi toutes ces personnes, on retrouvera entre autres Tire le Coyote, qui donnera une prestation gratuite en magasin.

On prévoit également un bel achalandage à la boutique L’indicatif à Laval. Le propriétaire André Lemieux, qui garde le château fort depuis près de 40 ans, explique qu’il y avait déjà des clients devant son magasin à 6h du matin l’année dernière.

Pendant ce temps, dans la vieille capitale, le Knockout se prépare aussi à une grosse journée. Moins de 24h avant le Record Store Day, la propriétaire Roxann Arcand avoue que son engouement pour l’événement grandit au fur et à mesure que la date approche. Elle admet avoir été initialement satisfaite de l’offre de cette année, sans plus.

Toutefois, maintenant que les vinyles sont arrivés dans sa boutique, l’excitation a augmenté d’un cran, voire dix. « Quand je les vois, que je déballe les boîtes et que je vois l’allure que ça a, je me gère moins bien », dit-elle. Sa boutique contient beaucoup de décibels au pied carré : c’est donc logique que le groupe punk Fuck toute y fasse une prestation. Juste Robert et The Blaze Velluto Collection prendront également la scène.

Dans une ambiance différente, le 180g promet un refuge pour les clients qui veulent prendre le temps de relaxer. Rejoint au téléphone, Christophe De Muri mentionne que son hybride entre disquaire et café permettra aux clients de passer une partie de la fête loin du stress du « premier arrivé, premier servi ». La boutique, qui vivra un premier Record Store Day à sa nouvelle adresse, vient tout juste d’obtenir un permis d’alcool, et commence à vendre de la pizza. Des DJs seront sur place pour mixer toute la journée.

Les nouveautés essentielles

Parmi les nombreuses sorties cette année, on note plusieurs albums québécois qui sont soit discontinus, soit jamais pressés en vinyle. On pense entre autres au premier album de La Patère Rose, à l’excellent Le volume du vent de Karkwa ou au classique punk Vacuum de Groovy Aardvark.

Du côté des propriétaires et gérants de magasin sondés, les avis divergent à savoir quelle sortie les excite le plus. Pour Roxann, ce sera l’occasion de faire le plein de musique punk avec un album live des Ramones à la pochette amusante et un simple du groupe hardcore Youth of Today. Elle a aussi hâte de mettre la main sur Darlène d’Hubert Lenoir qui paraîtra en vinyle pour la première fois. « Je l’aime bien le p’tit gars! »

André Lemieux croit que l’album à se procurer pour cette édition du Record Store Day est un autre classique québécois. « Cette année, ça va être l’année de Vilain Pingouin », prévoit-il. Le premier album de la formation, avec les succès Le train et Salut Salaud, sera disponible dans une version remastérisée.

Patrick du 33 tours a aussi plusieurs coups de cœur. Parmi ceux-ci, il note la bande sonore culte du film Lost in Translation. L’album contient quatre chansons composées par le dieu du shoegaze Kevin Shields pour le film, en plus de la pièce Sometimes de son groupe My Bloody Valentine. On y retrouve aussi des chansons d’artistes phares de la musique indie comme Jesus and Mary Chain et Phœnix.

De son côté, Christophe du 180g penche pour Fetti, l’album collaboratif de Freddie Gibbs et Curren$y produit par The Alchemist. Le mixtape était paru à l’automne dernier, mais n’avait jamais vu le jour en version physique.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up