Germain Barre

Robert Nelson connait très bien la nutrition

Retour sur les « Bajada Dialogues ».

On connait bien le Robert Nelson d’Alaclair Ensemble : président du Bas-Canada, rappeur indépendantiste et idole aux cheveux touffus. On connait moins bien par contre Ogden Ridjanovic, l’homme qui se cache derrière le personnage. C’est celui-là qu’a reçu Jason Bajada lors de son dernier épisode des Bajada Dialogues. 

Moi j’mange

L’épisode a d’ailleurs débuté sur les chapeaux de roues avec une discussion très deep sur la nutrition, alors que Jason a offert des chocolats à Ogden et que celui-ci a refusé.

« Je suis en jeûne intermittent. Je fais ça quasiment tous les jours. Je suis en pause entre 16h et 20h par jour. »

« Ça permet d’avoir le même niveau d’énergie pour moins de bouffe, moins de temps pour manger, et de temps de préparation. »

Rapidement, les gars se sont découvert un intérêt commun et ont partagé leurs découvertes nutritives. 

« Y a ce qu’on mange, mais y a aussi une notion à explorer sur QUAND on mange et COMBIEN on mange. »

« Y a ce qu’on mange, mais y a aussi une notion à explorer sur QUAND on mange et COMBIEN on mange. L’idée qu’on doit manger trois repas par jour, dont celui du début de la journée qui est le plus important, ça vient d’une culture agricole. L’idée qu’on doit manger le même nombre de nourritures, peu importe ce qu’on fait de notre journée, c’est un peu étrange. »

« Je pensais pas parler de nutrition off the bat comme ça haha! »,  a répondu Jason.

« À l’extérieur de la musique j’ai plein de hobbies, et la nutrition c’est un de mes préférés. Je viens d’une famille qui mange bien. Ma mère achetait de la nourriture bio déjà dans les années 90. »

Impro et chasse

La discussion a ensuite dévié sur les différents projets de Ogden à l’extérieur de la musique : son podcast de la Voix du Bas, et évidemment, son organisation du Punch Club

« Avant de partir le Punch Club, j’étais rien dans le monde de l’impro »

Rapidement, on est revenu à la nourriture et à l’éthique derrière le fait de s’alimenter. Jason, curieux, a demandé à Ogden s’il avait déjà chassé, persuadé que c’était déjà dans ses habitudes de vie.

« Non, mais j’aimerais beaucoup! J’aurais aimé de te dire que j’en fais, mais j’ai jamais fait ça encore. »

Bien qu’Ogden ne se soit jamais adonné à l’activité, c’est certainement sur sa bucket list, principalement pour des raisons éthiques.

« Si t’es pas capable de tuer ta propre viande, d’où tu prends ton droit d’aller l’acheter à l’épicerie? »

Place à la nuance

C’est justement la même réflexion que les soeurs Boulay ont eue dans leur dernier vidéoclip. Jason a amené l’oeuvre dans la discussion.

« L’idée c’était de comprendre ce qu’elles vont manger. Elles voulaient se rapprocher de leur nourriture. »

Les deux hommes ont jasé de la fausse perception que le véganisme est NÉCESSAIREMENT bon pour la planète. Ogden a nuancé le concept.

« Y a un raccourci intellectuel dans l’idée que si c’est vert, c’est nécessairement bon. »

« Y a un raccourci intellectuel dans l’idée que si c’est vert, c’est nécessairement bon. Mettons une monoculture de soya, y a rien qui détruit plus un écosystème que ça. Faut autant faire attention au produit animal, que dans nos végétaux. C’est pas aussi simple que ça. »

« Ce qui semble le plus fonctionner, c’est d’acheter local et se rapprocher des habitudes ancestrales pour se nourrir. Il faut aussi se sortir de la logique qu’on doit importer les produits qu’on a pas à l’année longue. C’est correct si y a pas de bananes au Québec en janvier. Dans bien des pays, ils mangent ce qui est disponible à ce moment-là. »

Une réalité que bien des gens auraient de la misère à laisser derrière, mais que les deux hommes sont prêts à abandonner pour nous sauver, nous. Parce que comme ils l’ont dit eux-mêmes, en revenant sur le fameux numéro de Georges Carlin : la planète va survivre, ce sont les humains qui vont prendre le bord.

Pour entendre le reste de la discussion des deux musiciens sur les origines bosniaques d’Ogden, la culture québécoise et ses talents de beatmaker, écoutez le dernier épisode des Bajada Dialogues ici

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

L’héritage culturel du Théâtre Lionel-Groulx

Un gros joueur dans la vie culturelle de Sainte-Thérèse.