Centre Phi

Rowjay en première partie d’Alpha Wann à Paris

Le jeune finesseur de Saint-Léonard en performance outre-mer.

Bien que le grand public ne soit pas nécessairement au courant de son existence, la communauté hip-hop, elle, connaît très bien Rowjay. Jeune rappeur de Saint-Léonard, il s’est illustré avec son crew, le COB65 comme un des artistes rap les plus connus et appréciés… en France!

La première fois que j’ai vu Rowjay, c’était il y a deux ans lors de l’événement Artbeat Montreal All Stars au Club Soda et j’ai été flabbergasté de voir les réactions qu’il suscitait chez les gens. Pendant qu’il rappait à propos de son grand manoir, je le fixais, intrigué. « Mais d’où est-ce qu’il sort ce dude-là? » me suis-je demandé. Comment se faisait-il que le monde l’aimait autant, alors qu’il ne me disait rien du tout?

Mais la vérité c’est que c’est moi qui étais en retard sur tout ça. En effet, voilà déjà quelques années que Rowjay performait au Québec avec des artistes de l’ancien continent, en plus d’accumuler les projets musicaux. Notons entre autres sa collaboration avec le rappeur Mister V sortie récemment, qui a atteint plus d’un million de vues sur YouTube en moins de 48 h. Plus localement, on peut le retrouver sur le nouvel album de Yes Mccan sur « Slick Rick ».

Or voilà que l’on a appris cette semaine que l’auteur du « Tour-e de France » sera aussi en prestation en première partie du lancement d’Alpha Wann. C’est qui ça Alpha Wann? Tout simplement un des rappeurs français qui s’est le plus démarqué dans les dernières semaines, voire la dernière année, avec la sortie de son nouvel album « Une main lave l’autre ».

D’ailleurs, la semaine passée URBANIA Musique publiait un article sur la qualité de sa musique, où on en parlait comme « le meilleur album de l’année dans la francophonie » (et je dois avouer que je seconde l’auteur sur le statement).

Bref, c’est à ses côtés que Rowjay performera le 13 octobre prochain à Paris, le tout dans l’indifférence la plus complète des médias traditionnels .

Honnêtement, j’ai vraiment de la difficulté à m’expliquer l’impopularité, ou du moins le manque de couverture, avec laquelle Rowjay doit composer. Surtout quand on pense qu’il réussit à travailler avec des artistes aussi importants. Et c’est sans compter tout ce que les beatmakers qui l’entourent sont en train de créer comme lien avec les artistes européens, plaçant tranquillement des beats québécois sur des albums de rappeurs français et belges.

Tout ça pour dire que pendant que les gens dorment sur lui, Rowjay en profite pour rapper qu’il se promène en Rolls Royce, qu’il a un « très grand-euh manoir », et un « compte bancaire juif » et ça autant au Québec que dans l’Hexagone. Ça, c’est dope.

Et à voir le nombre d’aller-retour qu’il fait en avion au-dessus de l’Atlantique, semblerait que ce soit payant pour le jeune finesseur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit