Léandre Meilleur

ST dévoile un remix de « Bonjour, Hi » regroupant 12 MCs québécois

FouKi, Rowjay et Kenlo font partie du line-up.

On ne se fera pas de cachette, bien que plusieurs collaborateurs à URBANIA Musique évoluent sur la scène musicale locale, c’est rare que des articles portent directement sur leurs productions. Mais parfois on fait exception en toute transparence, quand ça vaut objectivement le détour. C’est le cas aujourd’hui avec le remix de « Bonjour, Hi » réalisé par notre auteur Simon Tousignant AKA ST.

Tirée de son dernier album Franglophone, la chanson originale se veut une ode à la mixité de langue qu’on retrouve dans le SATANÉ franglais. Le projet était d’ailleurs le premier album de ST réalisé dans une autre langue que l’anglais, et est une réflexion sur le métissage entre les cultures anglophones et francophones que vit le rappeur au quotidien.

Sur la version remixée, on compte l’ajout des verses de Franky FadeMori$$ Regal, Smitty Bacalley, le rappeur anglo Kevin Na$h, le jeune finesseur Rowjay, le prodige FouKi, l’emo god Jay Scott, CaoLux (nouveau nom de MC de Caro Dupont), Maky Lavender, Vendou, Bkay (un des MCs de LaF) et bien sûr, la collaboration du légendaire KNLO.

Chaque MC en a profité pour y aller de sa réflexion sur la dualité anglais-français. Mention spéciale à la ligne de Smitty Bacalley (« J’répète pas si t’as compris, mais que t’aimerais l’entendre à ton goût. ») et celle de Jay Scott : « Une langue c’est bien, mais deux c’est mieux. Allez donc demander à Céline Dion de choisir entre les deux. ».

Outre le débat sur la langue, la chanson est en plus un move historique puisque la dernière aussi grosse collaboration du rap québécois sur une chanson date du titre « Posse Cut » réalisé pour la compilation Piu Piu vol. 3 en 2013 (dans laquelle ST était aussi présent d’ailleurs).

Bref, une chanson qui représente bien la mixité des cultures et la diaspora linguistique de Montréal, se promenant du français à l’anglais en passant par l’espagnol et le créole. En gros, de la musique qui fait faire des petits cacas nerveux à François Legault.

Mention spéciale à LiamLiamLiam pour la production incroyable de l’instru derrière les verses de ces rappeurs (et du artwork de la chanson d’ailleurs). Much love à tout le monde pour leur travail : une preuve de plus que la scène hip-hop montréalaise peut encore et toujours nous surprendre.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi apprend-on encore la flûte à bec ?

Lettre ouverte d'une enseignante de musique au primaire.

Dans le même esprit