3 conseils pour survivre à son premier « The Rocky Horror Picture Show Live »

Une projection du film culte a lieu chaque année à l'Halloween au Cinéma Impérial.

« Don’t dream it, be it. »

S’il y a bien un jour pour ressortir cette fameuse citation du Dr. Frank N. Furter, c’est l’Halloween. Y a des citrouilles partout et tout près d’arrêter de trouver l’automne cute pour juste être en mode déprime saisonnière jusqu’aux Fêtes : bienvenu dans la saison du Rocky Horror Picture Show. Que vous soyez un vétéran ou un.e virgin qui va se présenter au Cinéma Impérial pour la première fois cette année, ce petit guide pour survivre au live show de The Rocky Horror Picture Show est pour vous!

Pour la petite histoire, The Rocky Horror Picture Show était au départ une comédie musicale présentée dans le West End de Londres en 1973. Écrits et composés par Richard O’Brien (qui joue Riff Raff), la musique, les textes et l’histoire se veulent un hommage senti autant aux films de science-fiction et d’horreur de série B, qu’au rock ‘n roll et au glam rock de la scène que côtoyait O’Brien.

Deux ans plus tard, O’Brien transposait son histoire sur grand écran avec la 20th Century Fox… et créait sans le savoir une tradition qui dure depuis plus de 40 ans. Le jeune couple naïf, le docteur fou et sa créature ainsi que les chansons qu’ils interprètent sont devenus iconiques avec le temps. La musique du film a effectivement beaucoup à voir avec son succès et transforme les visionnements live de celui-ci en véritable dance party.

La tradition des live shows, des visionnements de groupe où les gens se costument, interagissent avec l’écran et recréent certaines parties du film sur scène a commencé à peine un an après la sortie du film lors des projections spéciales à New York. À Montréal, c’est au Cinéma Impérial que ça se passe ce soir !

Quelques petits trucs à savoir si c’est votre première fois au live show :

1 — C’est mieux d’avoir vu le film au moins une fois avant

C’est pas obligatoire… mais c’est préférable. Les live shows sont très le fun, mais ce n’est pas une expérience de cinéma typique, disons. Des acteurs recréent le film sur scène devant l’écran et le public crie, chante et danse tout au long de la projection. Mettons que c’est pas le meilleur moment pour essayer de comprendre l’intrigue.

Si vous ne voyez pas ce que je veux dire quand je dis que le public interagit avec le film ou qu’il crie pendant la projection, vous allez le comprendre assez rapidement une fois sur place. Il y a certains cue à connaître pour pouvoir participer à l’aspect interactif du show (et pour ne pas être offusqué lorsque tout le monde se met à crier « slut » en même temps). Le site de Rocky Horror Montréal a répertorié les plus importants juste ici.

2 — Il va sûrement y avoir de la nudité (pis c’est ben correct)

C’est pas surprenant, à Halloween, les gens se déguisent. Parfois en portant moins de vêtements qu’ils ne le feraient d’habitude. Au Rocky Horror Picture Show, les gens n’ont pas peur du bas résille, du corset et de montrer un peu (beaucoup) de peau. Ça vous tente de participer? Go for it ! Vous préférez un costume plus modeste ? All good ! Vous voulez y aller en jeans ? C’est parfait aussi. Le truc, c’est juste de respecter les choix des autres et d’être qui vous voulez être. Don’t dream it, be it, remember?

3 — Laissez votre égo à la porte

Pendant la soirée de folie merveilleuse que vous allez vivre pendant Rocky Horror, laissez donc votre ego à la porte. C’est pas grave si votre makeup ou votre costume n’est pas parfait. Ça se peut que vous vous fassiez arroser, que vous ne disiez pas le bon truc au bon moment quand tout le monde crie ou que vos pas de danse ne soient pas top top. C’est chill. Les gens sont là pour avoir du fun, tout le monde s’en fout si vous mélangez votre droite et votre gauche pendant le « Time Warp ». Le but, c’est de se laisser aller.

Même si vous n’avez pas le costume, empruntez l’attitude du bon docteur Frank et soyez fabulous le temps d’une soirée !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

L’histoire du rap québécois en 10 chansons

Le rap québécois vit présentement une percée historique auprès du grand public, percée très attendue et possible entre autres grâce aux sites de […]

Dans le même esprit